Glossaire céramique


Pour communiquer et partager autour de cet art difficile et passionnant qu’est la céramique, il semble nécessaire d’utiliser un minimum de langage commun.

 

Aussi il nous est apparu intéressant d'élaborer un glossaire de la céramique qui s’étoffe constamment à partir de vos suggestions et de vos questions.



Aboucher

Poser les pièces sur l’ouverture ou « bouche », quand la pâte est suffisamment raffermie après le façonnage. Le fond exposé à l’air sèche ainsi plus facilement.

 

Acides et bases

Eléments qui jouent un rôle fondamental dans la chimie de la céramique. Les alcalis sont basiques (soude par exemple) et d’autres éléments sont acide (silice par exemple).

 

aerographe-MA0010-compresseur.gif

 

Aérographie

Méthode d’application des couleurs et des émaux à l’aide d’un aérographe (sorte de pistolet) placé au bout d’un compresseur. L’usage de masque, de gants, de lunette de protection est vivement conseillé. 

 

Alandier

Foyer placé à la base du four et en dehors de ce dernier. Les gaz incandescents sont conduits dans la chambre de cuisson par un large conduit reliant le foyer même à la chambre de cuisson.


Albite

Feldspath sodique.

 

 Alcalis

Ce nom désigne aussi bien la soude ou la potasse, et, par extension, tous les corps ayant des propriétés chimiques analogues. Les Alcalis sont des fondants qui permettent de baisser la température de cuisson lorsqu'on les mélangent à d'autres oxydes.

 

Alcalino-terreux

Magnésium, calcium et baryum. Tous ces oxydes ont des propriétés chimiques analogues. Ils sont très réfractaires, mais combinés avec d’autres oxydes, ils deviennent des fondants.

 

Alumine

Appellé aussi oxyde d'aluminium, c'est un des deux composés de base de l'argile et de l'émail avec la silice. Son minerai principal est la bauxite et il représente plus de 15% de la croute terrestre. Dans l'émail l'alumine apporte principalement la viscosité.

 

analyseur-de-gaz.jpg

 

Analyseur de gaz

Appareil destiné à mesurer dans un four le pourcentage d’oxygène, de monoxyde de carbone et de dioxyde de carbone. Permet de contrôler si on fait une cuisson en oxydation ou en réduction.


Argile, glaise, terre

La matière première des céramistes. Elle est composée principalement d'alumine, de silice et de différents autres oxydes métalliques (voir les différents types d'argiles).

 

absolite.jpg

 

Asbolite

Nom chimique du cobalt terreux et impur.

 

Atmosphère de cuisson.

Peut être oxydante (présence d’oxygène, réductrice (présence de carbone) ou neutre (ni l’un ni l’autre). Change énormément la couleur et l’aspect des émaux.

 

Aventurine

Variété de quartz avec inclusion de mica et de fer.

 

Bain d’émail

Mélange d’eau et d’émail ou l’on trempe les pièces grâce à une pince à émaillage.

 

Barbotine

Mélange fluide d’eau et d’argile, et éventuellement d’autres matériaux (craie, sable, feldspath, oxydes métalliques, etc…). Cet état de la matière se prête particulièrement au coulage, au collage de différentes parties de terre crue. L'engobe est une barbotine.

 

pernette-25mm.jpg

 

Barette ou pernette

Petite barre de pâte céramique réfractaire de section triangulaire, sur la quelle on place les pièces émaillées pour les isoler des plaques d’enfournement et les empêcher de coller aux plaques pendant la cuisson.


Bentonite

Jusqu'à 3%, la bentonite facilite la suspension des particules de glaçure (défloculant).

 

Biscuit ou tesson, dégourdi ou terre cuite

Certains produits céramiques nécessitent deux cuissons successives. Lors de la première, on cuit les pièces sans les émailler, c’est le biscuit. A cette première cuisson succédera une ou plusieurs autres, dites d’émail ou de glaçure. Le dégourdi est la première cuisson d’une pièce en porcelaine ou grès. Tandis que le tesson est la pâte d’argile cuite considérée isolément de tout émail ou glaçure. Le tesson se dit aussi de tout débris d’objet céramique en archéologie.

 

Blanc d’Espagne

Carbonate de chaux. S'utilise en petite quantité comme fondant. Donne un aspect mat au-delà de 25%.

 

boudineuse.jpg

 

Boudineuse
Outil servant à la récupération de la terre. Malaxe, enlève l’air et redonne une homogénéité à l’argile humide après une première utilisation.

 

Calciner

Chauffer une patte céramique jusqu’au rouge ou plus.

 

Calibrage

Technique servant à la fabrication en série de pièces sur le tour. Un bras muni d’une spatule vient plaquer la terre sur un moule en rotation. Les deux étant calibrés l'un par rapport à l'autre.

 

Calorie

Unité de grandeur de chaleur nécessaire pour élever de 1°C la température d’un gramme d’eau.


Casette ou cazette ou gazette

Caisson en terre cuite réfractaire  muni d’un couvercle à l’intérieur de laquelle on cuit les pièces que l’on veut protéger (flamme, pièces voisines…).

 

Catalyseur

Se dit d’un corps qui provoque, facilite, accélère une réaction chimique. C’est le cas des alcalino-terreux.

 

celadon-copie-1.jpg

 

Céladon

Désigne une teinte de vert bleu déterminée, mais aussi un type de céramique, propre à la Chine et à l'Extrême-Orient. Les céramiques céladon de l'époque Kory sont les objets d'art coréen les plus connus au monde. On trouve toutefois des céladons primitifs en Chine, où il a été inventé dans la région de Yue. Le céladon est particulièrement apprécié en Asie, car il permet d'obtenir la couleur du jade, la pierre sacrée.


Céramique

Premier « art du feu » à apparaître (avant la métallurgie et le travail du verre), la céramique désigne l’ensemble des objets fabriqués en terre cuite qui ont subi une transformation physico-chimique irréversible au cours d’une cuisson à température plus ou moins élevée.

 

 Chamotte

Argile cuite ou verre  broyé en grains  plus ou moins gros qui permettent de rajouter des qualités à la terre : résistance aux chocs thermiques, diminution du retrait, facilitation du séchage, tenue à la scuplture... (voir aussi dégraissant).

 

Choc thermique

Variation brutale de la température qui peut causer des lésions irréverssibles aux pièces, mais aussi de des effets recherchés comme dans le cas du raku.


Colémanite

Fondant puissant sur les céramiques poreuses. Intensifie les couleurs crées par les oxydes..

 

colombin.jpg

 

Colombins

Boudins d’argile destinés à être empilés et collés les uns aux autres grâce à de la barbotine. On peut former ainsi les parois verticales d’un objet. On termine généralement par un lissage supprimant toute trace de colombins.

 

Coulage

Procédé de fabrication réalisé avec de l’argile liquide (barbotine) coulée dans des moules généralement en platre.

 

Couleur à peindre

Colorant spécialement conçu pour être posé sous ou sur émail. La couleur du produit proposé ressemble énormément au résultat final.

 

Couture

Trace laissé sur un objet par le joint de deux parties d’un moule.

 

Couverte

Glaçure de composition variable recouvrant la céramique, généralement brillante et transparente.

 

craquele.jpg

 

Craquelé

Réseau de fentes qui apparaît lorsque l’émail est cuit. Cett effet peut être considéré comme un défaut (pièces en faïence poreuses), mais aussi recherché à des fins décoratives. Qu'il s'agisse de trésaillage ou d'écaillage ces effets apparraissent lorsque l'émail n'est pas "en accord" avec la terre.


Cristobalite

Variété de silice obtenue à partir de la calcédoine (galet de mer) calciné à 1400°C donnant une dilatation importante à 220°C dans les pâtes faïence ?

 

Crouteuse

Outil servant à la fabrication de plaque d’argile régulière.

 

Décanter

Laisser décanter un mélange, c’est attendre que les matériaux solides en suspension dans l’eau finissent par tomber au fond par gravité. On pourra ainsi enlever de l’eau au mélange.

 

decoration.jpg


Décorer

Décorer, ce n'est pas seulement poser un décor sur une pièce déjà créée. Cela peut également être l'action d'orner, de parer, d'embellir un objet, et ce, dès sa fabrication...

 

Défloculer

Disperser et maintenir en suspension les particules d’un mélange.

 

Dégraissant
Matériau de plasticité faible ou nulle, qui facilite le séchage et diminue le retrait des pates céramiques et des engobes (voir aussi chamotte).

 

Désaérage

Procédé constituant à éliminer l’air contenu dans les pâtes grâce à une machine effectuant le vide (voir boudineuse).

 

Déshydrater

Action de retirer l’eau.


Dévitrifier

Recristallisation lors du refroidissement.

 

dolomie.JPG


Dolomie

Contient calcium et magnesium. Favorise l'aspect mat des céramiques fermées. Sert également d'agent opacifiant.

 

Ebauche

Ebaucher c’est commencer à former une pièce. Par extension les ébauchoirs sont de petits outils généralement en bois servant à façonner la terre.

 

Ecaillage

Se dit d’un émail qui possède un coefficient de dilatation plus faible que son support. Au cours du refroidissement, il se rétracte moins que le tesson sur lequel il est posé : il s’écaille de son support.

 

decoration2.jpg

 

Email

Il désigne tous les enduits vitreux, transparents ou non, qui renferment des colorants appliqués sur un corps céramique ou métallique.

 

Engobe
Couche de barbotine (terre liquide) appliquée sur les pièces crues (parfois sur les biscuits) pour changer la couleur de la pâte.


Estampage

Méthode constituant à appliquer la pâte à la main sur les parois d’un moule.

 

Esteque
Outil idéal dans la panoplie du tourneur ou du mosaïste. Elle permet de lisser les pièces ou de réaliser rapidement des joints parfaits sur une surface importante.

 

Eutectique

Mélange de deux ou plusieurs corps dans les proportions qui déterminent sa fusion à la température la plus basse.

 

Faïence

Terre cuite poreuse recouverte d’une glaçure, c'est-à-dire d’une mince couche de verre imperméable. Doit son nom a la ville italienne de Faenza ou furent probablement produites les premières pièces de ce genre en Europe.

 

Fermée

Se dit d’une pâte cuite parfaitement vitrifiée et donc peu, ou pas du tout poreuse.

 

filtre-presse.jpg

 

Filtre presse

Appareil permettant d’éliminer une partie de l’eau contenue dans les barbotines, pour raffermir celle-ci et obtenir des galettes de produits façonnables.

 

Fondant

Matière ajoutée à la silice et à l’alumine pour abaisser leur point de fusion dans la composition d’une pâte ou la formation d’un émail. Améliore le nappage et la brillance des couleurs de décoration.

 

Fritte

Verre fondu, brusquement refroidi, puis finement pulvérisé, utilisé dans l’émail comme source de matériaux non solubles. Une fritte au plomb par exemple est un émail contenant du plomb qui est rendu inoffensif pour le potier par ce procédé.

 

Glaçure

Email qui recouvre une pièce cuite (biscuit ou tesson en faïence et dégourdi en grès et porcelaine).

 

gomme.jpg


Gomme arabique

Gomme végétale naturelle. Employée comme sicatif dans les émaux.


Incrustation

Procédé de décoration sur porcelaine cuite. Consiste à attaquer l’émail par l’acide fluorhydrique en protégeant le reste de la pièce avec un vernis spécial. La pose de l’or (par exemple) donne par la suite un contraste mat et brillant de la partie incrustée.

 

Igné

Produit par l’action du feu.


Kaolin

Silicate d’alumine hydraté dû à la décomposition du feldspath. A la propriété de rester blanc après cuisson et de supporter une haute température. On l'utilise pour élever le point de fusion d'une glaçure ou pour lui donner un aspect lustré. Matière première de base de la composition des porcelaines.  

 

Lévigation

Si l’on délaye de l’argile dans de l’eau, on constate que les particules les plus grosses se déposent les premières et les plus fines les dernières. C’est ainsi que les cours d’eau trient l’argile. La plus grossière se trouve vers l’amont, tandis que la plus fine se trouve vers l’aval. La lévigation est la reproduction artificielle de ce phénomène naturel.


Louche

On place la pièce au dessus d'un récipient, et on fait couler un émail ou un engobe sur sa surface grâce à une louche ou un pichet.

 

is_poterie_lustre.jpg

 

Lustre

Forme de décoration que l'on applique généralement lors d'une troisième cuisson. On pose une fine couche de certains métaux liquide sur la  surface d’un émail cuit (or, argent…). Cuisson vers 750 °C.


Majolique

Nom donné à la poterie stannifère italienne, cuite à 950/1050°C. Très à la mode aux XVI et XVIII siècles.

 

Matrice, mère de moule, noyau

Forme en plâtre ou en polymère dont on peut tirer des copies sur le modèle initial et qui servira à exécuter les moules de fabrication.

 

Montre fusible

Petite pyramide triangulaire de pâte céramique dont la composition est étudiée pour qu’elle se déforme à une température donnée. Permet donc de contrôler la plus haute température atteinte en un point du four.

 

Moufle

Four dans lequel la chambre de cuisson n’est pas traversée par les flammes et l’air chaud venant des foyers. Conçus pour cuire en atmosphère neutre, les moufles sont maintenant remplacés par les fours électriques.

 

moule.jpg


Moule

Pièce en plâtre ou en polymère permettant le façonnage des pièces céramiques (coulage, calibrage, estampage).

 

Ocre

Terre naturelle contenant de 5 à 12% de fer ou plus, permettant de colorer des pâtes ou des émaux.

 

Or

Produit sous forme liquide préparé pour être appliqué sur émail cuit. Cuisson vers 750°C. Peut être mat ou brillant et avoir différentes titrages d’or fin (idem pour l'argent voir lustre).

 

Orthose

Feldspath potassique.

 

Ouverte

Se dit d’une pâte cuite qui reste poreuse. On peut rendre une pâte fermée en pâte ouverte en rajoutant un dégraissant ou de la chamotte, la température de cuisson ne variant pas.

 

Oxyde

Toute composition d’un élément avec l’oxygène. L'argile, le verre et donc les émaux sont constitués principalement de deux oxydes métalliques : l'alumine et la silice. Mais on se sert également des oxydes métalliques pour colorer dans la masse les émaux, les engobes, les terres; ou pour préparer des jus.  On distinguera les oxydes génériques (fer, cobalt, cuivre, chrome…) dont les couleurs obtenues après cuisson n’ont rien à voir avec la couleur originelle des produits ; et les oxydes colorants (mélanges permettant d’augmenter les teintes) dont les couleurs restent assez fiables.


Pegmatite

Granit naturel en voie de transformation composé essentiellement de feldspath et riche en silice. Fondant brut le plus commun utilisé pour les émaux porcelaine.

 

penetrometre.jpg

 

Pénétromètre

Appareil destiné à mesurer la fermeté des pâtes de calibrage et de tournage.

 

Plâtre

Sulfate de calcium semi-hydraté servant à faire les moules.


Plomb

L'apport de plomb permet de baisser la température de fusion et de "réveiller" les couleurs de l'émail. Pour des raisons de sécurité, il est préférable de l'utilisere sous forme de fritte. La galène, le minium, la litharge mono-oxyde de plomb et le blanc de céruse sont les principales sources de plomb.

 

 Polissage

Opération consistant à éliminer (avec des abrasifs ou en repoussant la matière) les aspérités ou la rugosité sur les pièces.


Point de chaux

Un des enemis jurés du potier. La chaux qui est issue du calcaire, provoque des décolements de l'émail sur la surface des pièces en laissant apparaître à la place des points blancs au fond de petits cratères .


Point de dissociation

Température à laquelle les éléments différents constituants d’un corps composé se séparent pour retrouver leur autonomie.

 

Point Quartz

A 573°C le quartz se transforme avec un gonflement dimensionnel de 2,4% (changement réversible à la baisse de température). On évitera donc de passer trop rapidement cette température lors d'une cuisson de biscuit (première cuisson d'une pièce). 

 

poire.jpg

 

Poire

Ustensile en plastique servant principalement à la pose d’engobe en épaisseur.

 

Porosité

Etat de certains corps solides présentant des petits canaux enchevêtrés (pores) habituellement remplis d’air. Ceux-ci permettent en général le passage des liquides et des gaz.


Raku

Technique de cuisson de poteries d’origine japonaise utilisée autrefois lors de la Cérémonie du Thé (voir info).

 

Réduction

Opération qui consiste à retirer de l’oxygène dans un cops. La cuisson en réduction change énormément la couleur et la texture de l’émail. Pour cela il faut avoir un four à gaz ou pratiquer un enfumage au moment de la température de cuisson de l’émail (cuisson raku par exemple).


Réfractaire

Désigne l’ensemble des produits, matériaux, matériels résistant à haute température, destinés au revêtement des fours et aux éléments et supports d’enfournement servant à cuire les pièces (pernette, pilier, plaque…).

 

Résine

Matériel synthétique servant en céramique à faire les mères et les noyaux des moules.

 

Résistance mécanique

RDM. Degré de solidité d’un produit. Peut s’apprécier en cru et en cuit.

 

Retrait

Diminution d’une pièce en dimension et en volume au séchage et à la cuisson.

 

Rondeau

Pièce plane ou  sphérique en plâtre, plastique ou bois servant à recevoir les articles après le démoulage ou le tournage.

 

Roulette

Petit outil cylindrique semi-dur muni d’un manche, pour apposer l’or ou les couleurs sur les bords des pièces.

 

coupe-sang-de-boeuf265x.jpg

 

Sang de bœuf (ou rouge flamme)

D’origine chinoise, ce rouge vif est  obtenu par un émail au cuivre en atmosphère réductrice.

Seccatif

Substance qui joue un rôle de catalyseur en accélérant le séchage ou durcissement d'un matériaux vis-à-vis de l'eau ou plus souvent d'une huile.


Silice

Appellé aussi oxyde de silicium, c'est un des deux composés de base de l'argile et de l'émail avec l'alumine. La silice, dont le quartz est la forme la plus répandue, est un minéral très abondant qui représente environ 12% de l’écorce terrestre (sable, granit…). Dans l'émail la silice est la source du verre.


Talc

Le talc, riche en magnesium donne un aspect mat aux céramiques fermées. On l'utilise également en soupoudrage sur les moules en platre, pour éviter à la terre d'adhérer aux parois du moule.

 

Terre vernissée

La terre vernissée se caractérise par une argile rouge, souvent recouverte d’engobe blanc ou coloré d’oxydes métalliques. Unie ou décorée, la terre vernissée est émaillée avec une glaçure translucide souvent plombeuse et cuite aux alentours de 1000°C.


Thixotropie

Augmentation de la viscosité dans le temps. Propriété d’un fluide qui ne peut s’écouler que s’il a été préalablement agité. Si on cesse l’agitation, il épaissi de nouveau et se fige.

 

Tour

Certainement l’outil le plus utilisé pour fabriquer des pièces rondes dans le monde. Une girelle en rotation permet de se servir de la force centrifuge pour façonner la terre.

 

mirette_sf_20cm.gif

 

Tournassin, mirette

Sorte de couteaux ou de boucles en métal servant, principalement sur le tour, à l’enlèvement de matière et l’amincissement des pièces. Tournasser une pièce, c'est replacer une pièce à la consistance cuir sur le tour, afin d'affiner sa silouhette en enlevant de la matière.


Translucidité

Se dit d’une porcelaine. Transparence sous une faible épaisseur lorsqu’on examine une pièce devant une source lumineuse.

 

bain-d-email.jpg

 

Trempage

Procédé d’émaillage consistant à plonger une pièce dans le bain d’émail.

 

Trésaillage.

Lorsque qu’un émail possède un coefficient de dilatation plus élevé que celui de son support. Au cours du refroidissement, il se rétracte plus que le tesson sur lequel il est soudé, et il se fracture.

 

 Vernis

Email très mince comme pour la fameuse terre vernissée au plomb et le grès vernissé au sel par exemple.

 

Viscosimètre

Appareil étudié pour mesurer la viscosité d’une pâte de coulage, d’un engobe ou d’un émail (temps d’écoulement).

 

Viscosité

Résistance d’un liquide à l’écoulement. Dans un émail c’est l’alumine qui donne la viscosité.

 

Vitreux, amorphe

Se dit de l’état d’un produit non organisé en cristal. C’est normalement l’état du verre, et par extension, l’état recherché d’un émail (sauf bien entendu pour les fameux émaux à effet de cristallisation).

 

Vitrification

Fusion partielle ou totale des matières céramiques se traduisant par une diminution de volume, une perte de porosité, et pouvant atteindre la translucidité.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :